Accidents et agressions corporelles

1 – Pourquoi avoir recours aux services d’un avocat ? Est-ce obligatoire ?

Le recours à un avocat, lorsqu’on est victime d’une agression ou d’un accident, n’est pas obligatoire.

Toutefois, l’assistance d’un avocat est toujours profitable aux victimes et à leur famille car les étapes avant l’obtention d’une indemnisation sont nombreuses et complexes.

Le vocabulaire utilisé par les experts médicaux, les assureurs et les tribunaux (nomenclature DINTILHAC, assistance tierce-personne, préjudice d’agrément, etc.) est spécifique à cette matière et est souvent difficile à saisir pour un profane.

Sans l’aide d’un avocat pour vous accompagner et vous guider dans vos choix, vous avez de grandes chances de vous tromper, voire de vous décourager et d’abandonner vos demandes, ou d’accepter une proposition d’indemnisation bien inférieure à celle qui vous est réellement due.

2 – Pourquoi faire appel à moi ?

Je prends le temps de vous accueillir en rendez-vous, d’écouter et de comprendre votre histoire et ce dont vous souffrez.

Je vous accompagne et vous guide tout au long du processus d’indemnisation : la constitution du dossier de pièces, l’expertise médicale, le rapport d’expertise, l’évaluation des préjudices, la négociation, le procès…

Vous pouvez avoir accès à votre dossier en ligne, par un accès membre, pour me communiquer vos pièces et connaitre à tout moment l’avancement de votre affaire.

Lorsque cela est possible, je sollicite le versement d’une « provision », c’est-à-dire d’une avance sur votre indemnisation, pour que vous puissiez bénéficier des soins nécessaires à votre convalescence sans avoir à avancer de frais et que votre vie ne soit pas plus bouleversée que ce qu’elle devrait être dans l’attente d’une indemnisation définitive.

Lorsqu’un assureur vous fait une proposition d’indemnisation, je vous explique en quoi elle parait acceptable ou non, afin que vous puissiez prendre une décision éclairée.

Dans toute situation, je solliciterai l’indemnisation la plus élevée possible, en m’appuyant sur vos pièces, les arguments juridiques pertinents et la jurisprudence récente.

Je pratique des honoraires raisonnables, qui ne sont perçus qu’à compter de la première indemnisation afin que vous n’ayez pas à faire l’avance de vos frais d’avocat.

3 – Vos questions fréquentes en la matière